Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

04/06/2007

On ne peut détester que ce qu'on connaît vraiment

Que connaissez-vous des surdoués? Personnellement, je n'en savais rien jusque quand on m'a diagnostiqué le mal.

Evidemment, il y a bien ce qu'on en dit -ou parodie- dans les médias, quand on daigne bien en parler. On imagine tout de suite le petit Einstein ou Mozart quand on parle d'un enfant ou d'un Prix Nobel quand on évoque un adulte. Mais sont-ils vraiment comme cela ? Parfois, on l'imagine informaticien, geek planté devant son ordi 24/7, les lunettes sur le nez et ne sortant pas beaucoup (Proximus les a d'ailleurs bien mis en scène dans sa dernière campagne Vodaphone, armé de leurs portables qui quittaient leurs cavernes). Parlez-en autour de vous et vous verrez que ces gens sont en fait très mal connus. Pourtant, ils représentent au moins 2% de la population. Imaginez, vous êtes dans une rame de métro de 300 personnes : il y en a au moins 6 dans le tas. Dans un Stade de 15.000 personnes, on pourrait en trouver 300 ! Ils ne sont donc pas aussi rares que ça.

Pourquoi ne les connaissons-nous pas ? Parce que la plupart d'entre eux s'ignorent. Parmi ceux-là, il y a deux types de surdoués : ceux qui ont grandi dans un environnement favorable et qui vivent une vie normale et puis les autres, qu'on a forcé à suivre le même rythme que les gens normaux. Ce sont ceux-là qui ont le plus souffert. Ils ont une Ferrari dans la tête et on les oblige à rouler à du 20 à l'heure pendant 20 ans. De quoi vous en faire de bons petits serials killers au pire. Mais ne vous affolez pas, la plupart du temps ils se suicident bien avant.

Parmi les commentaires que j'ai trouvé sur la Toile en cherchant à me documenter sur le sujet, j'en ai trouvé des virulents, traitant les surdoués de hautains, élitistes, dominateurs, prétentieux, orgueilleux, pédants, etc... Pourtant, tous ceux qui faisaient ce genre de remarques ne semblaient pas beaucoup connaître les HQI. Ne peut-on pas réellement détester que ce qu'on ne connaît vraiment? Voilà une nouvelle forme de racisme à ajouter à notre longue liste. Après les étrangers, les immigrés, les autres confessions, les gays, les femmes, les handicapés, il y a la haine du surdoué. Le racisme ne naît-il pas sur un lit de craintes de l'inconnu ? Les plus violents à leur égard semblent bien être ceux qui les connaissent le moins et qui n'ont aucune envie de les connaître davantage. Ils les jugent sur une idée reçue et puis c'est tout.

J'étais loin de pouvoir m'identifier à ce genre de description. Cet attribut récemment découvert ne m'avait pas changé du jour au lendemain et jusqu'ici rien de tout ce que j'ai lu de négatif au sujet des HQI ne semblait correspondre à la vision que j'avais de mon ego et encore moins à celle que mon entourage portait sur moi. J'entrepris donc d'approfondir.

Tentative de définition.

De la littérature pertinente sur le sujet, il y en a. Abondement même, mais pas en Français. Le francophone semble détester ce genre de sujet, c'est comme un tabou. Par contre, il suscite l'intérêt, que dis-je l'enthousiasme outre-Atlantique. C'est donc en Anglais que j'en appris le plus sur ce que j'étais sensé être.

Il y avait tant de questions avant. D'un coup, une multitude de réponses me parvinrent comme dans un éclat d'illumination. C'était la révélation. Cette particularité enfin décelée en moi avait en fait influencée toute ma vie depuis le début. Très tôt, j'ai commencé à marcher, à parler, à faire des phrases complètes, à poser des questions sur le pourquoi des choses. Vu que j'étais déjà né un mois avant terme, il n'a pas semblé bizarre à mes parents que je sois un peu en avance. Ils en étaient fiers, c'est tout. Le fait que je progresse rapidement était davantage mis au crédit de mon grand frère, de 5 ans mon aîné, qui aux yeux des adultes me transmettait tout ce qu'il avait appris lui-même quelques années auparavant. A part quelques baffes plusieurs fois par jour, je dois dire qu'il ne m'a pas transmis beaucoup plus jusqu'à mes 10 ans. Il faut le comprendre : quand je suis arrivé, je l'ai privé de son statut d'enfant unique bien malgré moi et il me l'a fait payer suffisamment pendant assez longtemps. Mais je ne suis pas là pour pleurer le passé, ce qui est fait ne peut être défait.

Un surdoué enfant a du mal, beaucoup de mal à s'entendre avec ses semblables. Sa principale caractéristique est de comprendre bien plus vite qu'un autre tout ce qui l'entoure. De plus, avec un peu de chance, il développera sa mémoire à un tel point qu'il se constituera très tôt une culture générale bien fournie. Il sera curieux, avide de se plonger à corps perdu dans les océans de connaissance qui les entourent. Et c'est à partir de là qu'on peut faire la distinction entre un futur surdoué épanoui et un autre mal dans sa peau. L'épanoui verra sa soif de Savoir assouvie par son environnement. Ses parents, grands-parents le gâteront avec des encyclopédies, des visites aux musées, surtout des sciences naturelles, des conversations relevées. Ils l'éveilleront au Monde en créant un environnement propice au développement intellectuel de cet enfant précoce. Et puis il y a les autres, qui se feront sans cesse rétorquer : "c'est pas de ton âge, tu comprendras quand tu seras grand, c'est pas tes affaires, retourne jouer, contente-toi de faire ce qu'on te demande..." Les premiers auront appris à gérer le cheval fougueux de la curiosité qui rugit en eux, apprenant à le guider et l'exploiter au mieux. Ils finiront médecins, avocats, chercheurs ou astronautes et se rendront à peine compte de leur particularité. Les autres commenceront très tôt à souffrir de ne pas pouvoir savoir, ils se sentiront injustement muselés, condamnés à vivre comme les autres. Sans aucun moyen de gérer cet attribut, il deviendra vite un handicap.

Pourtant, un surdoué a de nombreuses capacités qui découlent de sa vitesse de compréhension accrue. Du fait de cette rapidité, il pourra pousser plus loin ses raisonnements. Il a donc une prédisposition à se projeter dans le futur. Il privilégiera les solutions favorables à long terme, même si elles se montrent défavorables dans un premier temps. Il préfèrera les amitiés durables et quand vous le rencontrerez, il se sera déjà projeté des années plus loin avec vous, voyant si votre relation (intime ou amicale) aura des lendemains fructueux. De ce fait, il privilégiera les comportements honnêtes et loyaux, seuls payants sur une longue période. Ils n'alloueront leurs ressources qu'aux projets qui ont une chance d'aboutir et auront une vilaine habitude de prédire les travers futurs dans lesquels tel ou tel projet risquera de tomber. Ils sont clairvoyants. Ca agace parfois, mais c'est ce qui leur permettra de toujours retomber sur leurs pattes. Ca aussi ça agace les autres qui arrivent difficilement à les prendre en défaut.

Depuis que j'ai appris à les connaître, j'ai l'impression de mieux me connaître. L'association qui m'a fait passer le test, j'y ai adhéré, pour voir. Des individus prétentieux et fiers que je m'attendais à y rencontrer, je n'en ai trouvé aucun. Evidemment, quand on a du mal à se créer des amis et dans un but de les garder à long terme, on ne peut pas adopter ce genre de comportement sous peine de se faire damner à jamais de tout groupe social. En fait, une grande caractéristique commune chez eux, c'est l'humilité. C'est ça qui m'a fort étonné. Loin de prétendre tout connaître, ils sont humbles face au Savoir, au Monde, aux autres qui ont certainement quelque chose à leur apprendre.

Je vous expliquerais comment s'est passé mon premier contact avec les membres de cette association de surdoués au prochain épisode.

<A SUIVRE>

HQI138

PS : merci aux 4 visiteurs qui sont passés me voir le premier jour d'existence de ce blog.